mardi 5 septembre 2017

Blog en cours de déménagement

RDV sur mon nouveau blog pour découvrir les dernières actualités de Mes rêves éveillés.

samedi 8 juillet 2017

Les travaux d'Apollon #1 – L'oracle caché

Auteur Rick Riordan
Titre The Hidden Oracle
Année 2016
Genre Fantastique, Mythologie
Pages 455p.

Zeus punit Apollon en l'envoyant sur terre, à New York, transformé en adolescent de seize ans. Pour survivre à ses nombreux ennemis et obtenir le pardon de Zeus, Apollon demande de l'aide à Percy Jackson et à la Colonie des Sang-Mêlé.

Quel énorme plaisir que de retrouver à nouveau cet univers ! J'avoue que, après Percy Jackson, j'avais, comme pour Héros de l'Olympe, une petite appréhension. La découverte de nouveaux personnages et la peur de moins voir les anciens se sont fait sentir. Mais j'ai adoré ce début de saga, plus encore qu'Héros de l'Olympe.

Pourtant, les anciens, on n'en voit pas beaucoup. Percy a le droit à une mini-scène au début (où il n'est pas du tout à son avantage... mais qu'est-ce que j'ai ri !) et une à la fin. Nico est là quasiment tout le long, Rachel apparaît de temps en temps, et l'on revoit Léo à la fin. Les autres, rien, nada.

Mais le personnage d'Apollon remplit l'espace à lui tout seul ! Il est aussi insupportable qu'attachant. Le discours est en effet à la première personne. On découvre donc toutes les pensées du dieu, et on peut dire qu'il a la tête aussi grosse qu'un volcan ! Mais, en même temps, il a ce petit quelque chose qui le rend attachant, et qui fait qu'on a envie de le plaindre. Très étrange ! Ah, et du fait de l'utilisation de ce personnage, le style en est rendu très amusant. J'ai ri plus d'une fois face à l'ironie et à la légèreté utilisées par l'auteur !

L'histoire, enfin, est la continuité même de la saga précédente. On retrouve les personnages après la défaite de Gaia, les Oracles sont muets, Apollon a été puni car il fallait bien un coupable. Ainsi, on ne peut pas qualifier cette nouvelle saga de "on reprend les mêmes et on recommence". Non, il s'agit bien d'une suite, avec de nouvelles aventures, du suspense, et de nouveaux personnages ou d'anciens que l'on revoit sous un autre jour !

Encore une fois, c'est un texte que j'ai adoré, et j'ai vraiment vraiment hâte de découvrir la suite !

Les travaux d'Apollon

mercredi 5 juillet 2017

Le masque du silence #1

Auteur Charlène Gros-Piron
Titre Le masque du silence
Année 2012
Genre Fantastique
Pages 472p.

La famille Esperanza est une famille particulière, elle est issue d’une lignée maudite depuis 200 ans par Napoléon. Une génération sur deux est choisie pour recevoir le pouvoir.
C'est ainsi qu'Hélène, suite au décès de sa grand-mère, devient la détentrice du pouvoir. Elle qui n'a jamais désiré l'être, elle fera tout pour cacher ses dons à sa famille, grâce à l’aide de Fa, son chat garde-du-corps doté de parole qui est aussi son meilleur ami.
Mais lorsque des mèches blanches, signe qu'elle possède la magie, apparaissent dans ses cheveux, la colère éclate, et Cybèle, la cousine d'Hélène, devient sa pire ennemie.
Prisonnière d’un masque blanc la rendant totalement muette, Hélène découvre qu’elle est l’héritière du trône de la reine, à la tête de la société des enchanteurs. Seul le Prince Charmant pourra la libérer de ce masque… autant dire qu’Hélène n’est pas particulièrement ravie à cette idée.

Avant toute chose, je souhaite remercier Anyway Éditions, qui m’a permis de découvrir ce titre très sympathique.

Je pense que ce livre se démarque par son originalité. Déjà, à la lecture du résumé, je trouvais que l’idée était là, que l’histoire ne serait pas comme tous les titres du même genre que j’ai pu lire jusqu’à présent. Et je ne me suis pas trompée : il y a une vraie intrigue derrière ce tome, et vous ne pouvez pas savoir ce qui vous attend, car la mythologie est de plus en plus vaste au fur et à mesure de l’avancée de l’action. Ainsi, lorsque vous faites la connaissance d’Hélène, elle vous explique ce en quoi consiste son monde, et petit à petit vous en découvrez un peu plus.

Les concepts sont sympathiques ; le principe de la SE, la politique et les acteurs sont tous très intéressants et je ne me lassais jamais d’apprendre toujours plus comment évoluait ce monde. En plus, l’histoire d’Hélène s’inscrit très bien dans le contexte et l’on n’a pas un écart entre le personnage et l’univers. Elle prend sa place comme il le faut, même si au début elle a un peu de mal à l’accepter. Les péripéties et l’action sont également au rendez-vous, alors de ce côté j’étais vraiment satisfaite.

Un de mes personnages préférés reste incontestablement Fasolasi. Ce chat est juste incroyable ! Je l’adore, même si j’avoue avoir eu des réminiscences d’une autre histoire mettant en scène un chat, fidèle compagnon d’une célèbre sorcière. Mais je vais passer sur cette coïncidence, car j’adore ce matou. Ce que j’ai moins aimé, c’est la narration. J’ai trouvé qu’Hélène y allait trop loin dans les digressions, les noms d’oiseaux, les insultes et j’en passe. Un peu, ça va ; là, c’était exagéré, et j’ai même eu l’impression qu’il y en avait de plus en plus au fur et à mesure de l’histoire. Hormis m’énerver, cela n’apportait rien.

Pour le reste, rien à dire. Le style est clair et percutant, et je ne pouvais pas vraiment lâcher le roman tant l’histoire me plaisait. Ce fut donc pour moi un plaisir, et j’espère pouvoir découvrir la suite rapidement !

Le masque du silence
 

jeudi 29 juin 2017

L'impasse

Auteur Estelle Tharreau
Titre L'impasse
Année 2017
Genre Thriller
Pages 260p.

Au cœur de Chanzy, ville minière en plein déclin, trois femmes, deux hommes et un enfant se partagent une cour baptisée « l'Impasse ». Tous ne survivront pas à la haine qui les lie.
Revenu sur les lieux de son enfance, le policier David Bertal suivra, au fil des vengeances et des trahisons, le chemin qui le conduira à affronter les acteurs de son passé.
Mais, entre doutes et remords, parviendra-t-il à déchirer le voile noir qui entoure la vie et les secrets de ceux qu'il a aimés autrefois ?

Avant tout, merci aux Éditions Taurnada de m'avoir permis de relire un nouveau texte d'Estelle Tharreau. J'avais tellement aimé Orages qu'il me fallait découvrir un autre texte de cette auteur !

Quel plaisir de retrouver la plume d'Estelle Tharreau. Je savais que j'allais passer un bon moment, et je ne me suis pas trompée. Le début commence avec une mise en place des personnages. Il y en a beaucoup, il faut l'admettre, et je me suis de temps en temps un peu mélangé les prénoms, mais au final, avec le contexte et l'histoire de chacun, on finit par s'y retrouver.

Chacun des personnages est très travaillé pour nous faire frissonner ou nous faire compatir. Leurs histoires personnelles sont tellement importantes qu'elles prennent le pas sur tout le reste. Mais bien évidemment, on ne sait pas tout. Petit à petit, on découvre que ce que l'on voyait en surface nous cachait bien des choses, que ce qu'on croyait au premier abord était bien plus complexe.

Et petit à petit, on rentre dans la vraie histoire des personnages, leur petit "Dallas" personnel, qui fait qu'un drame se produit, et qu'il y a derrière cette histoire des personnes en souffrance qui ont besoin de liberté. David aura à faire des choix, dans tout ça ! Et j'ai trouvé qu'il réagissait vraiment bien !

Comment vous parler de ce livre sans tout vous révéler ? Car si je dis quoi que ce soit, vous pourriez découvrir le pot-aux-roses, et ce n'est pas le but. Le but, c'est que vous le lisiez. Vite !

vendredi 23 juin 2017

Bon retour en enfer

Auteur Florence Lemaire
Titre Bon retour en enfer
Année 2015
Genre Policier
Pages 300p.

Le commissaire Laure Tardieux est de retour dans sa ville natale à une cinquantaine de kilomètres de Marseille, après vingt ans d’absence. Elle a fui cette ville, adolescente, après avoir connu l’enfer. Laure doit se faire une place dans cette ville où elle a tant souffert, remplacer un commissaire aimé de tous, être acceptée de ses nouveaux collègues et du procureur qui l’a à l’œil. C’est d’autant plus difficile que son retour est ponctué par la découverte d’une série de cadavres de jeunes filles à moitié calcinés, donc difficilement identifiables. Pour rendre son jeu encore plus palpitant, le tueur a décidé de placer la jeune femme au centre de son attention. Il lui adresse des messages très personnels et la menace directement. Que doit-elle en conclure ?

Avant toute chose, je souhaite remercier l'auteur pour m'avoir permis de découvrir cette histoire, mais aussi pour sa patience : j'ai fini par le lire, je l'avais promis !

J'ai beaucoup aimé ce texte, qui avait un côté frais et innocent vraiment très appréciable. En le lisant, je sentais que j'avais sous les yeux un roman d'une personne qui a pris le temps de nous faire découvrir au mieux une de ses premières histoires (en tout cas, c'est l'impression que j'en ai eu).

Du coup, on retrouve des petites maladresses, notamment sur les dialogues des personnages, parfois trop formels ou qui manquent de naturel, mais aussi au niveau de la continuité des événements. Tout s'enchaîne à mon sens un peu trop facilement pour les personnages, et l'action se joue grâce à des coups de hasard. Mais cela ne m'a pas du tout déplu, car le roman a rempli son office : il m'a permis de m'évader de mon quotidien.

Au final, j'ai aimé suivre l'histoire de Laure, qui a un passé complexe et qui tente de retrouver sa place dans son village. L'auteur a mis l'accent sur ce personnage de manière tout à fait logique. Tout tourne autour d'elle, et, évidemment, tout le livre se passe avec elle en personnage central, qui a raison et qu'il faut suivre pour découvrir la vérité.

La vérité a été habilement dissimulée par l'auteur. Des fausses pistes ont été mises en place de sorte que l'on ne découvre pas le pot-aux-roses. J'avais ma petite idée, pour ma part, dès le début du roman. Mais j'ai ensuite douté, car je me suis laissée endormir par les fausses pistes. Et voilà ! Au final, j'avais tout de même raison, ouf !

En bref, ce texte est un bon petit roman policier pour passer le temps. Il ne faut pas le lire en cherchant la petite bête quant au style ou à l'enchaînement des actions, mais bien pour un outil de loisir permettant de s'évader. Ainsi, vous vivrez un moment sympa.

Lu dans le cadre de

lundi 19 juin 2017

Héros de l'Olympe #5

Auteur Rick Riordan
Titre The Blood of Olympus
Année 2014
Genre Fantastique, Mythologie
Pages 519p.

Bien qu'il soit tentant de prendre l'Athéna Parthénos à Athènes pour l'utiliser comme une arme secrète, les amis savent que l'immense statue doit aller à Long Island, où il pourrait être en mesure d'arrêter une guerre entre les Grecs et les Romains. L'Athéna Parthénos ira à l'ouest, l'Argo II ira à l'est. Les dieux, souffrant encore du trouble de la personnalité multiple, sont inutiles. Comment une poignée de jeunes demi-dieux peut espérer gagner contre une armée de puissants géants ? Parce qu'ils n'ont pas d'autre option. Ils ont déjà trop sacrifié. Et si Gaïa se réveille il y a intérêt à ne pas perdre la bataille...

Je vais pleurer. J’avais décidé de me faire plaisir en me finissant la saga pendant mes congés (donc tomes 4 et 5), mais en refermant ce livre, je me rends compte que j’ai oublié une chose importante : faire durer le plaisir ! Du coup, je sors de l’histoire ravie, comblée, car l’histoire était juste géniale… mais c’est fini, quoi !

Cette saga était vraiment super, même si elle est quand même différente de Percy Jackson. Je suis peut-être trop attachée à ce personnage, mais j’ai trouvé que dans ce dernier tome, nos anciens, Percy et Annabeth, n’avaient quand même pas le beau rôle. Non seulement ils n’ont pas de réelles actions décisives (dans ce tome, je précise), mais en plus à cause d’eux, tout va s’enchaîner (pour notre plus grand plaisir, heureusement !).

Je suis donc contente mais frustrée. Car j’aurais voulu un peu plus de leur présence. Hormis cela, je vous rassure, j’ai adoré ce tome. Après avoir suivi pendant autant de temps les 7, ça fait du bien de mettre un peu l’accent sur deux autres personnages : Nico et Reyna. J’ai bien aimé l’alchimie entre ces deux personnages, et c’était un plaisir de les voir évoluer tous les deux.

Quant aux 7, ils étaient tous égaux à eux-mêmes. Ils ont rempli leur office, et je me suis régalée du début à la fin face aux événements, et au style de l’auteur, à la fois fluide et drôle. C’était une conclusion un peu moins saccadée toutefois que celle de la première saga, qui m’avait tellement tenue en haleine que je ne pouvais pas en lâcher le livre la nuit tant que ce n’était pas fini (d’où mes lectures pendant les vacances, oui !). Là, je pouvais le poser et reprendre plus tard. Nerveusement, c’était plus gérable.

Et maintenant, la petite surprise : et si, y a une suite ! Évidemment, c’est une suite dans le même genre : on reprend quelques personnages, on en ajoute d’autres, et on fait une nouvelle histoire. Mais c’est tellement bon de revoir nos amis. Donc pour tout vous dire, cette suite s’appelle Les travaux d’Apollon et va nous révéler le châtiment que Zeus a imposé à Apollon à la suite de cette guerre… Et je peux vous dire, pour avoir commencé (et terminé) le texte au moment où j’écris ma chronique, que le ton est sacrément différent… mais nous promet de très bon moment. Et puis Percy m’a bien fait plaisir dans une scène. J’dis ça, j’dis rien, hein !

Héros de l'Olympe
    

dimanche 11 juin 2017

Lebenstunnel #2 – Chaos

Auteur Oxanna Hope
Titre Chaos
Année 2017
Genre Science-Fiction
Pages 300p.

À présent, Krista a perdu ses alliés et ses repères. Elle est seule. Seule dans un univers qui est le sien et dont elle ne veut pourtant plus. Un pied dans chaque camp, elle ne sait plus qui elle est ni où elle doit aller pour découvrir la véritable personne qui se cache en elle. Une seule solution s’offre à elle désormais : quitter Germania. Mais que se trouve-t-il au-delà des limites de la ville ? Le monde entier est-il sous l’égide du régime eugéniste dont elle est un pur produit ?

Merci à Oxanna Hope pour cette histoire.

C'est ma seconde uchronie, la première ayant été le premier tome de cette saga. Du coup, je n'ai évidemment pas d'autres points de comparaison, mais peu importe. Une nouvelle fois, j'ai adoré. Toutefois, cette fois, j'ai trouvé qu'il y avait moins d'aspect "présentation du nouveau monde". On suit la continuité du premier tome, donc c'est logique car on n'a pas à présenter à nouveau l'univers, on lui connaît toutes ses spécificités. Alors, tout va évidemment très vite.

On retrouve Krista, seule, abandonnée par Elias et les autres rebelles. Perdue car elle ne sait plus qui elle est en réalité, elle décide toutefois de faire un choix, qui est du point de vue du lecteur, le bon : ne pas rallier le camp des Aryens, et s'enfuir. Mais pas seule, car elle retrouvera sur son chemin la petite Eden, dont elle va s'occuper très rapidement.

Très vite, elle croise à nouveau le chemin d'Elias, dans des circonstances assez dramatiques, et ils décident bien malgré eux de continuer leur route ensemble. Les relations entre les différents personnages évoluent encore dans ce tome, bien plus rapidement que dans le premier. Il n'est pas temps de s'appesantir sur des émotions, des vies sont en jeu.

Le style de ce texte est toujours aussi fluide et agréable. D'ailleurs, je pense même que cela m'a fait croire, à tort, que tout allait beaucoup trop vite. À peine commencé, je l'avais déjà terminé. Dévoré, c'est le terme que j'ai employé pour indiquer à Oxanna que j'avais fini de découvrir son bébé. Et ce n'est pas un mensonge, car je l'ai lu encore plus vite que le premier, tant il est intense et nous emmène dans des péripéties folles. J'ai tantôt pleuré, tantôt souri.

Et je me suis pris une claque à la fin. Celle-ci était à la hauteur du premier tome. Tout aussi inattendue et complètement dingue. Je n'ai rien vu venir, rien compris. Tout est remis en jeu. Je ne sais pas quoi attendre de la suite... mais je la veux, et vite !

Lebenstunnel
 

mercredi 7 juin 2017

Noire neige #2 Noire mer

Auteur Nicolas Skinner
Titre Noire mer
Année 2017
Genre Fantasy
Pages 420p.

Un cataclysme a dévasté le royaume insulaire d'Isulgaar.
Quarante-quatre années plus tard, le Nord de l’île rayonne grâce à son nouveau roi orchestrant l’alliance entre locaux et exilés, alors que le Sud se reconstruit suite à l’investiture d’anciens pillards. Entre eux, le centre de l’île se développe avec l’exploitation de la tourbe.
Tandis qu’au Sud, de mystérieux navigateurs aux motivations obscures accostent, au Nord se trame une machination diabolique dans une seigneurie côtière. Mais ni le Nord ni le Sud ne se doutent que les visions de mer noire du prince héritier pourraient révéler l’avenir d’Isulgaar… ou plutôt sa disparition.


Merci à Nats Éditions pour cette lecture.

J'avais beaucoup aimé Noire neige. Surprise totale, ce livre m'avait étonnée par son genre, sa thématique, sa construction. J'avais adoré certains passages, avais frémi sur d'autres et avais même envisagé de me plaindre à l'auteur pour l'horreur de certaines scènes, très éprouvantes d'un point de vue psychologique. Du coup, cet effet de surprise était attendu. Mais comme je connaissais déjà le genre, la thématique, et la construction, il n'est pas arrivé.

Au risque de choquer les fans, je n'ai pas aimé Noire mer. Je n'ai pas compris l'intérêt de cette histoire par rapport à celle du tome 1. L'évolution des personnages ? Non, trop éloignée. Une intrigue concernant la migration ? Non, elle est trop dans le passé. Ici, c'était autre chose, et cet autre chose m'a dérangée, car je n'ai ni explications quant à "pourquoi c'est arrivé", ni explications quant à "comment cela se résout". J'ai été dans le flou, et je pense que je n'ai pas compris l'intrigue de la Mer Noire.

J'ai bien essayé de lire et relire certains passages, mais si le cheminement est très clair, si ce qui arrive aux personnages est compréhensible, j'ai l'impression de me trouver à des lieues du livre et de tenter d'atteindre quelque chose qui est hors de ma portée. Loin d'une déficience intellectuelle (je l'espère, en tout cas !), je pense que cette histoire ne m'a tout simplement pas émue. Je n'ai rien ressenti, et je lisais le texte de façon détachée.

J'en attendais peut-être trop, ou peut-être que Noire neige m'avait suffi. C'était une histoire complète en soi, avec un début, une intrigue incroyable, et une fin parfaite. Pourquoi continuer ? En plus, vu la fin de ce tome, il est à peu près certain qu'une suite sera envisagée. Une fin ouverte, contrairement au premier tome, qui ne fera pas poursuivre la lecture de cette saga… En tout cas, pas avec le plaisir que j'ai eu à lire le premier tome.

Les chroniques d'Isulgaar
 

mardi 30 mai 2017

L'origine des mondes #2

Auteur France Missud
Titre L'origine des mondes
Année 2017
Genre Science-Fiction
Pages 206p.

Éloïse arrive enfin sur Sahana, Terre de tous les possibles. Accompagnée de sa meilleure amie et de son petit-frère, elle tente de s'intégrer sans dévoiler sa véritable identité. Mais très vite, l'émerveillement va faire place aux doutes et à la peur. 
Alors que Raphaël devient de plus en plus mystérieux, une révélation inattendue remet en question toutes ses certitudes. Et si ses amis n'étaient pas ce qu'ils prétendaient être ? 
Ne sachant plus à qui se fier, la jeune femme doit affronter, seule, les terribles fléaux qui s'abattent sur ce nouveau monde.

Tout d’abord, je tiens à remercier France Missud de m’avoir permis de découvrir la suite et fin de L’origine des mondes.

Je savais qu’il y avait une suite au tome 1, mais j’ignorais qu’il n’y avait pas de suite au tome 2. C’est donc une bonne duologie qu’il m’a été donné de lire, mais j’avoue que je suis perplexe quant au format : pourquoi avoir séparé ces deux tomes, qui représentent à eux deux une réelle histoire, avec toute la continuité qu’on attend dans un one shot ? En même temps, j’avoue que ça a permis d’entretenir le suspense !

Ce nouveau tome commence donc où s’était terminé le premier tome. Pas de rappels effectués, tout est assez clair si vous venez de lire le tome 1 (et je le conseille, car cette histoire devrait se lire d’une traite) ; par contre, si vous l’avez lu il y a longtemps, quelques détails devront vous revenir au cours de la lecture. Je vous rassure, cela va vite, car ce n’est pas une histoire que l’on peut oublier si facilement.

Eloïse arrive enfin sur Sahana et découvre sa planète natale. Après tous ces apprentissages, elle est prête à découvrir son père et se fondre dans la masse de Sahana. Si au début on rappelle qu’elle ne doit pas se faire connaître, je trouve que ce point est vite éludé par la suite. En même temps, Eloïse ne fait pas très attention. Je l’ai trouvée un peu moins pénible que dans le tome 1, elle est plus sensée et réfléchie (du moins, elle essaie, dans des conditions pas toujours très favorables). Raphaël, quant à lui, m’a donné de gros doutes. Mais chut, sur quoi, ça, c’est un secret !

Ce que j’avais aimé dans le tome 1 n’est que trop peu présent dans le tome 2 : la vision du monde telle qu’elle était présentée dans le tome 1 a sa continuité ici, mais finalement cela passe en arrière-plan par rapport aux événements relatés. J’avais même oublié qu’il ne restait que 55 ans de vie à la Terre, moi ! J’aurais aimé que de nouvelles idées soient ajoutées aux premières, mais là c’est une vision tout à fait personnelle.

Il fallait bien que les choses évoluent pour Eloïse et Raphaël, et qu’on arrive enfin à un final digne de cette histoire. Ce fut le cas. La fin était vraiment très bien amenée, et les mystères bien ficelées. J’avais bien compris qui était le traitre. Pas de surprise de ce côté-là, mais ravie que l’auteur ait su considérer cette tournure, et brouiller les pistes.

En bref, une très bonne suite et fin, que j’aurais préféré voir coller au premier tome, afin d’en faire un one-shot. Même si le mystère entre les deux avaient été plus ténus, l’intérêt pour l’histoire n’en aurait pas été émoussée, et cela aurait permis, pour une fois, de voir un SF jeunesse complet, avec une histoire continue et qui apporte une vision du monde intéressante, sans rentrer dans la mode des sagas.

L'origine des mondes
 

Lu dans le cadre de

lundi 22 mai 2017

Héros de l'Olympe #4 – La maison d'Hadès

Auteur Rick Riordan
Titre The House of Hades
Année 2013
Genre Fantastique, Mythologie
Pages 580p.

Percy et Annabeth ont trouvé les Portes de la Mort et sont maintenant prisonniers dans les Enfers, dans la Maison d’Hadès. Les six autres demi-dieux, Jason, Piper, Nico, Hazel, Léo et Frank unissent leurs forces pour les sauver. À leur tour, ils doivent trouver l’entrée des Portes de la Mort. S’ils y parviennent et que Percy et Annabeth sont toujours en vie, alors les sept demi-dieux pourront sceller à jamais les Enfers et sauver la Terre de l’invasion des monstres de la Maison d’Hadès. Mais... arriveront-ils à temps ?

C'est les vacances, alors comment résister à un petit Percy Jackson ? Cette seconde saga me transporte autant que la première, c'est dire à quel point je suis accro… mais alors, ce tome-là… un bijou !

Ce tome ne pouvait que me plaire : la maison d'Hadès, avec ce dieu que j'aime particulièrement, et surtout la promesse de beaucoup de passages avec Percy et Annabeth, comme un petit goût de passé, comme un petit rappel de la première saga. Ils sont en plus en fâcheuse posture, alors j'avais très envie de savoir comment cela allait se passer pour eux !

Ils ont le droit à presque la moitié du livre, ce qui m'a remplie de plaisir ! Même si j'adore les nouveaux personnages, j'ai une affection particulière pour les anciens : Percy, Annabeth et Nico. Et quand je n'avais pas le droit à un passage dans le Tartare, j'avais souvent du Nico, qui était bien présent dans ce tome et qui nous a fait une petite révélation… surprenante ! J'apprécie tellement la finesse avec laquelle l'auteur traite ce personnage attachant !

Une nouvelle fois, l'histoire suit son cours, et l'on ne peut pas se reposer dans ce tome non plus. De péripéties en surprises, l'auteur ne nous laisse pas le temps de respirer, et en un rien de temps, le livre était terminé. Et maintenant, je sais que je vais attaquer la suite. Le problème, c'est qu'après c'est fini… Il n'y en a plus… Je devrais lancer quelques malédictions sur l'auteur pour qu'il se décide à nous faire une suite fissa ! Qu'en dites-vous ?!

Héros de l'Olympe